La prévalence du cancer

Le cancer, maladie du siècle s’il en est une, touchera une personne sur deux. De plus, les statistiques démontrent que 80% des nouveaux cas de cancer seront diagnostiqués chez les 50 ans et plus.

Le cancer, une maladie toujours en progression

Le cancer, maladie du siècle s’il en est une, touchera une personne sur deux. De plus, les statistiques démontrent que 80% des nouveaux cas de cancer seront diagnostiqués chez les 50 ans et plus. Dans le contexte québécois du vieillissement de la population, nous pouvons facilement imaginer que les massothérapeutes auront de plus en plus de clients touchés par cette maladie.

En effet, plusieurs études ont maintes fois conclu que la massothérapie avait des effets bénéfiques sur plusieurs symptômes associés au cancer, tant sur le plan physique que psychologique : réduction du stress, de l’anxiété, de la nausée, de la fatigue, de l’état de dépression, de la douleur, mais aussi  une diminution de l’utilisation de médicaments anti-inflammatoires, l’abaissement du rythme cardiaque et respiratoire, l’amélioration de la réponse immunitaire, de la qualité du sommeil, de l’état de relaxation et de bien-être. Dans le même ordre d’idées, des essais cliniques effectués sur 230 patients recevant des traitements de chimiothérapie ont prouvé que les effets bénéfiques procurés par le massage et le healing touch sont plus efficaces que les soins standards en ce qui concerne la réduction de la douleur et les troubles de l’humeur chez les patients.

Pour la docteure Lisa Corbin du centre hospitalier de l’Université du Colorado, les progrès actuels enregistrés au chapitre de la recherche scientifique en massothérapie devraient être suffisants pour inciter les oncologues à discuter de massage thérapeutique avec leurs patients, voire même les diriger vers des massothérapeutes qualifiés. Puis, comme l’accompagnement d’un proche atteint de cancer n’est pas sans peser sur l’entourage, notons que les conjoint(e)s voient également leur niveau de stress décliner lorsqu’ils ou elles reçoivent des soins de massothérapie.

Des besoins spécifiques, une formation spécialisée.

Pour assurer des soins de qualité en toute sécurité aux personnes atteintes du cancer, les massothérapeutes se doivent de suivre une formation spécialisée leur permettant de traiter leurs patients en fonction de leurs symptômes particuliers. Plus précisément, les massothérapeutes se doivent de maîtriser des aptitudes telles que:

  • Reconnaître et comprendre les douleurs et symptômes de la maladie (axe de soins)
  • Reconnaître et comprendre les besoins psychosociaux et spirituels (axe d’adaptation)
  • Reconnaître et comprendre les besoins liés à l’organisation de la vie quotidienne (axe d’adaptation)
  • Maîtriser la communication et la relation de confiance
  • Comprendre et savoir travailler dans un contexte multidisciplinaire

À l’heure actuelle, La Fédération québécoise des massothérapeutes est la seule association à fournir un programme de formation en oncologie approprié et pertinent. Pour de plus amples informations, visitez le site de la FQM.

Scroll to Top